DOMADORA, Tibetan Monk : aux confins du psychédélisme

Front Cover DomadoraPour un premier album, Domadora frappe fort. Le trio psychédélique parisien, habitué des jams sessions envoûtantes, propose une galette fortement inspirée des ambiances seventies sous acide avec de longs soli qui pleurent. Tibetan Monk passe boogie, fuzz et jazz au mixeur pour produire 55 minutes de transe-rock contrôlée. Si Domadora est avant tout un groupe de scène, cette première autoproduction demeure un véritable petit bijoux auditif. Les dompteurs de riffs prouvent leur capacité à utiliser la technique sans pour autant en oublier la mélodie.
Le « Fall Of The Damned » de Rubens, qui décore la pochette, illustre parfaitement la puissance mystique de l’album et l’état d’extase qui naît à la suite de son écoute. Tibetan Monk agit en quelque sorte comme une méditation au sommet, avec des morceaux en perpétuelle quête d’harmonie.

Il règne sur Tibetan Monk, le premier titre de l’album, une atmosphère voodoo, qui s’incruste avec brio dans chaque note. Il s’agit en fait d’une longue intro parsemée de phrases musicales sans fin. Bien dans son rôle, elle présente la suite de façon concise et pertinente.

Ziggy Jam : place au groove ! Si Jimi Hendrix avait composé pour un groupe de stoner, il l’aurait certainement baptisé The Domadora Experience. On s’y croit vraiment… A Woodstock ! A la différence qu’ici on hoche la nuque de façon plus marquée. Ce morceau de 10 minutes pourrait très bien être l’enregistrement d’une impro, captée un jour de grosse inspiration. Passées les 5 minutes, le tempo s’accélère et emporte l’auditeur dans son enthousiasme rythmique. Imagination, spontanéité et surtout talent résument Ziggy Jam. Naïroya arrive ensuite telle une traînée cosmique, toute en finesse et retenue. A l’instar de beaucoup des morceaux de Domadora, la première moitié du titre hypnotise, tandis que la seconde s’enflamme selon l’implication des musiciens, de plus en plus absorbés.

Nous voici maintenant à ce que je qualifierai de « tube stoner ». Chased and Caught dure quelque 4 :21 minutes et se caractérise en premier lieu par l’arrivée de la voix de Belwil qui donne un beau souffle à l’ensemble. Ensuite, par de jolis riffs répétitifs suffisamment sales pour headbanguer et une outro à la batterie qui rappelle les fins de morceaux d’AC/DC, lorsqu’Angus Young attend le bon moment pour sauter avec sa guitare… Honnêtement, ce titre est complètement entêtant et prenant. Il est très difficile de passer au morceau suivant après l’avoir écouté.

The Oldest Man On The Left et Domadora Jam ne manquent pas non plus de qualités. Toujours cette ambiance magnétique qui commence par une longue intro, avec des incrustations d’enregistrements vocaux pour The Oldest Man On The Left. Puis le rythme repart avec une ligne de basse très dansante et des motifs récurrents qui font monter le morceau en intensité. Lorsque ce moment arrive enfin, on se sent comme libéré. La Domadora, ou dompteuse en espagnol, a encore vaincu !

En guise de conclusion, Wild Animal Skin referme brièvement et tranquillement l’opus. Et bien voilà, Monkey 3 et Earthless ont trouvé de sérieux concurrents, et cela pour notre plus grand plaisir !

Aux dernières nouvelles, Domadora aurait le projet de sortir Tibetan Monk en vinyle chez Kozmik Artifactz/Bilocation Records très prochainement. Restez à l’affût :
Site officiel
Bandcamp
You Tube 
Facebook
Twitter
Flickr

Domadora en live :

18/04/14 – Stone Rising Festival – Clacson – Oullins (69)
17/05/14 – Crumble Fight Festival – Nantes (44)
28/06/14 – Festival Rock In Bourlon – Bourlon (62) – TBA

Une réflexion sur “DOMADORA, Tibetan Monk : aux confins du psychédélisme

  1. Pingback: DOMADORA Le double LP Tibetan Monk sortira en vinyle le 15 juin prochain | Heavy Report

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s