A Tout Prix, de Rob Roberge

A TOUT PRIXRécemment publié chez 13e note Éditions, A Tout Prix décrit la vie de Bud, le personnage principal, comme un road trip écorché et tumultueux. Une épopée ponctuée d’expériences sous psychotropes, de drames, de rencontres, de musique, de dépendance.
Bud Barrett, la quarantaine, est un musicien californien tourmenté, au lourd passé. Sa dernière tentative de suicide le pousse à fouiller son passé, à l’analyser pour essayer d’en extraire des réponses. Il a besoin de comprendre et d’accepter qui il est pour pouvoir aller de l’avant. Cette titanesque quête de lui-même le lance dans un récit brut, sans détour, ou la spontanéité et le réalisme agissent à la fois comme une blessure et une cicatrice.
Tout commence par le suicide de sa mère à Noël, ou plutôt le jour où l’on a retrouvé son corps dans le lac, un dimanche de fête des mères… Bud n’était encore qu’un enfant, l’abandon le déchire. Seulement le voilà désormais confronté à son criminel de père, avec qui il se retrouve seul. L’ancien flic bourru n’est pas des plus tendres et la relation père-fils va laisser des séquelles inaltérables. Puis c’est le départ du « foyer », pour une tournée avec le groupe de country-punk dans lequel il joue de la guitare. Son addiction à toutes sortes de drogues, découvertes depuis la pharmacie de sa mère, amènent notre anti-héro à se mettre dans des situations tantôt cocasses, tantôt douloureuses. Lesquelles sont toujours présentées avec humour et distance.
Aussi sombre qu’elle puisse paraître, cette histoire ne bascule à aucun moment dans le pathos. Rob Roberge, qui partage de troublantes similitudes avec Bud Barrett, choisit de présenter les choses de manière très simple. Si la scène se veut crue, et bien ses mots seront acerbes. L’auteur alterne tendresse et violence avec toute la logique qui s’y prête.
Jouant avec les épisodes, Roberge évite avec subtilité le désordre syntaxique. Le naturel de l’écriture est saisissant, il apporte légèreté et qualité à l’ouvrage. On se délecte de la fluidité des mots ou de la pertinence de l’enchaînement des chapitres. Le légendaire réalisme de la littérature nord américaine prend ici toute sa place. Rob Roberge se hisse sur le très étroit autel des écrivains de la trempe de Bukowski ou de Burroughs, qui savent décrire le quotidien sans en rajouter, mais sans non plus en oublier.
Bien que les expériences de vie relatées dans A Tout Prix ne correspondent forcément pas à celles de la majorité, chacun peut se reconnaître dans la relation du personnage avec sa mère, son père, avec le monde professionnel, la société, ou encore à travers des notions inhérentes à l’être humain comme l’amour et l’amitié. Le roman quasi autobiographique propose une véritable introspection de la part de son auteur, qui cherche visiblement à exorciser son passé. Une réflexion soulignée avec humour par une grande intelligence et une sensibilité aiguisée.

Le mot de l’éditeur

• Traduction EN/FR : Nicolas Richard (The Cost of Living)
• Parution : février 2014 chez 13e note Éditions

Rob Roberge vit dans le sud de la Californie. Quand il n’est pas occupé à écrire ou à jouer (et parfois chanter) dans un de ses trois groupes de garage/rock/punk de L.A., ou encore à enseigner la création littéraire, Rob aime bricoler des amplis vintage ou des sex-toys des années 1920. Il est l’auteur des romans More Than They Could Chew et Drive (Panne sèche), et publie des nouvelles dans de nombreuses revues dont le magazine de charme Penthouse. Si Roberge refuse de parler de ses livres en termes de sens ou de thèmes, c’est qu’à ses yeux l’écriture est un moyen de mieux se connaître et que la littérature doit être vivante, elle doit être une expérience à vivre pour les lecteurs comme pour l’auteur. La Tête à l’envers, les pieds au mur, son premier recueil de nouvelles à paraître chez 13e note Éditions, met en scène familles sclérosées et gueules cassées avec un humour toujours noir. Souvent comparé à Bukowski et Denis Johnson, beaucoup de critiques, lecteurs et écrivains déplorent que Rob Roberge ne soit pas davantage lu et reconnu comme l’une des plus grandes voix de la littérature américaine contemporaine.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s