MARIO LALLI La légende du désert

A l’occasion du Legends of the Desert Volume II, Yawnin Man et Fatso Jetson ont été invités par les Stoned Gatherings à jouer dans la désormais mythique salle de Glazart à Paris. J’en profite alors pour rencontrer Mario Lalli, le père fondateur du Desert Rock, présent dans de nombreux projets emblématiques du genre, et référence indétrônable pour de nombreux musiciens. Depuis les loges de la salle, la discussion se construit peu à peu. Le bonhomme est très humble. Il m’explique calmement que si ses groupes perdurent aujourd’hui et connaissent le succès, c’est juste parce que ça l’éclate de faire de la musique et qu’il n’a nulle intention de faire carrière. Il n’oublie pas de mentionner sa fierté  de jouer en famille, notamment avec son fils Dino, présent sur la tournée ainsi que sur le prochain album qu’ils enregistreront au Rancho de la Luna à Joshua Tree, dès leur retour aux États-Unis. Mario Lalli n’est pas seulement musicien, il est aussi un acteur impliqué de la scène artistique du désert. Il revient sur sa participation à divers documentaires ainsi que sur le film Plans Make Gods Laugh, avec Alain Johannes (voir le film en intégralité). Une rencontre très riche et à la fois toute simple.

Un grand merci à Sofie Von Kelen des Stoned Gatherings pour avoir arrangé ce moment, ainsi qu’à Sylvain Golvet pour les photos.

MARIO-LALLI-ITW-4Fatso Jetson et Yawning Man ont déjà tourné ensemble en Europe en 2013 : Legends of The Desert Volume I. Vous avez décidé de remettre ça, pourquoi ? Y a t-il eu des changement de line-up cette année ?
Oui, il y a eu des changements. Comme par exemple jouer avec mon fils, à la basse dans Fatso Jetson. Habituellement, c’est mon cousin qui joue de la basse, mais il n’a pas pu venir avec nous en voyage à cause de son bébé. Donc les changements se trouvent dans le line-up. On est comme une petite famille avec Yawning Man, et Gary qui va aussi jouer un peu avec Fatso Jetson. On a tous grandi ensemble, ça rend donc les choses plus faciles de venir ensemble, on est une famille.

C’est comment de faire de la musique en famille ? A quel point c’est important pour toi ?
C’est quelque chose de très spécial. Je joue avec mon cousin depuis 30 ans, et c’est vraiment très cool. Mon fils a 18 ans maintenant. Son premier voyage ici c’était avec Fatso Jetson, il avait 16 ans. La musique fait partie de notre famille. Ma fille est chanteuse, mes parents sont tous les deux chanteurs d’opéra, c’est quelque chose qui nous entoure.

Tu as participé à pas mal de projets musicaux différents et enrichissants. Je pense en particulier aux Desert Sessions, mais pas seulement. Quel bilan fais-tu de tout cela ? Quel impact ces expérience sont-elles eu sur toi ?
J’ai collaboré avec Josh Homme sur les Desert Sessions et aussi avec les Queens Of The Stoned Age. Kyuss a aussi enregistré certaines de nos compos, les miennes et celles de Gary de Yawning Man. Toutes ces choses, comme le fait de connaître ces gars là depuis très jeune, 13/14 ans, ça a créé des opportunités. On les a influencé, ils ont voulu jouer avec nous, rejoindre les shows punk rock dans le désert et promouvoir la scène musicale alternative de là-bas. Lorsqu’ils ont connu le succès, ils ont voulu nous y inclure. Ils nous ont demandé de nous impliquer dans leurs projets. Que ce soit en nous programmant en première partie de leurs concerts, ou en nous faisant enregistrer pour eux, ou encore en nous proposant de collaborer et d’écrire en studio. Être patient et persévérant par rapport à toutes ces choses au cours de ma vie, ainsi que de savoir saisir ces opportunités qui se dessinent, c’est ça qui me porte.
Actuellement, je travaille sur 2 documentaires sur cette scène musicale, dont un dirigé par un réalisateur allemand : Lo Sound Desert. Il va sortir cette année. On a juste tourné la bande annonce dans le désert de Palm Spring il y a 2 semaines. Ça raconte l’histoire de la scène punk depuis le début des années 80 voire fin 70 jusqu’à ce que les Queens Of The Stone Age deviennent connus. Ça met en avant cette scène musicale unique.
On m’a aussi demandé de collaborer avec les Foo Fighters, ou de donner mon avis sur ce que cela signifie de faire de la musique dans le désert, d’essayer de créer une scène musicale à cet endroit et de contribuer à la développer. Bref tout ceci m’a aidé à grandir en tant que musicien et aussi en tant qu’artiste qui fait de la musique, mais ça a surtout permis de mettre en place une culture musicale dans la région : en organisant des concerts ou bien à travers l’art, les films…

A travers l’art ?
Oui principalement des artistes undergrounds qui font dans les posters rock, les sérigraphies, les illustrations, la Photographie, ce genre de choses. Tout est toujours relié à la musique quelque part.

Tu m’as pas mal parlé de films. Est-ce que tu pourrais m’en dire plus au sujet du film Plans Make Gods Laugh, avec Alain Johannes, dans lequel tu participes à la bande son il me semble ?
Le concept est de suivre un groupe français, le HifiKlub. Ils vont d’ailleurs entrer en studio à la fin de la tournée, avec quelques guests. Ils louent une maison à Hidden Valley, à Joshua Tree. Ça se trouve dans le High Desert. Nous on vient du Low Desert, au pied de la vallée. Les hauteurs de la vallée sont en quelque sorte la montagne du désert, et c’est vraiment très beau, et très cool. C’est là que se trouvent les jolis arbres qu’on appelle les Joshua Trees, ils sont tellement cyniques… Ils ont donc loué une maison pour 2 semaines et demie. Ils ont ramené des ingénieurs français et ont littéralement installé un studio dans la location. Alain est venu de Los Angeles et y est resté une semaine. Les nuits ils improvisaient de la musique, et le jour ils partaient dans le désert pour filmer des scènes et des gens, et aussi Alain en train de jouer. Il s’agit plutôt d’un film artistique. L’imagerie raconte une histoire. Ce n’est pas un film sur lui, tel un documentaire, c’est plutôt une œuvre conceptuelle. Le visuel et la musique sont magnifiques. Régis (ndlr. Laugier) qui joue dans le HifiKlub, et qui est réalisateur dans le sud de la France, il a tourné une scène de performance musicale dans le film, avec Alain. Moi j’ai seulement participé à la bande originale.

On dirait que le Desert Rock / Stoner Rock devient de plus en plus populaire au cours des années. C’est un genre musical que tu as contribué à créer. Que penses-tu de ce qu’il est devenu aujourd’hui ?
J’ai toujours été extrêmement fasciné par les catégories et terminologies dont on se sert pour décrire le Rock en général. Il n’a jamais changé… Rockabilly, Acid Rock, Psychedelic, Blues Rock, Clasic Rock, Stoner Rock, Punk Rock, il y a toujours un mot pour le décrire. Enfin, c’est peut-être moi qui est trop indépendant des catégorisations. Ou que je prends la chose trop au sérieux. Le fait est qu’en tant que journaliste tu dois trouver une façon d’identifier quelque chose auquel les gens sont liés. Le Desert Rock, je ne suis pas sûr que ça signifie grand-chose pour moi. Ça ne m’évoque aucun son spécifique. Le Stoner est né avec Kyuss. Ça me fait penser à Black Sabbath… Mais tout ça c’est du Rock’N’Roll. Le Punk c’est du Rock’N’Roll. Le Ska c’est du Rock’N’Roll.
Les Queens Of The Stone Age sont devenu très populaires et à la mode, et la jeune génération qui a découvert Kyuss a lancé des groupes influencé par cette musique. La première fois que je suis venu en Europe, je faisais la première partie de Queens Of The Stone Age, dans les années 90… En fait c’est plutôt une façon de décrire le Rock Alternatif. Et oui, ça devient de plus en plus populaire. La première fois que j’ai joué à Paris, il n’y avait pas plus de 65 personnes dans la salle, et aujourd’hui il y en a combien, 200 ? Donc ça devient vraiment plus populaire pour nous en tout cas !
Mais tu sais, le Desert Rock c’est toujours heavy.

Fatso Jetson a plus de 20 ans, Yawning Man encore plus, quel est le secret de la longévité de ces groupes ?
Nous tout ce qu’on fait c’est jouer de la musique et prendre du plaisir le faire. On fait des disques parce que ça nous plaît. On n’a aucune aspiration à faire carrière dans la musique. On a tous un travail. On bosse et puis on fait de la musique. Mais on ne prévoit pas de faire de la musique notre job. J’adorerais passer ma vie à faire de la musique. Mais la pression que ça te met… On voit des tas de gens engager un batteur, ou un bassiste. Pour cette tournée je prend ce mec là, pour cette tournée je prends ce gars. Pour moi un groupe c’est comme un gang. Mon groupe est constitué de mes amis et de ma famille. Je joue avec les même personnes depuis 30 ans. Le line-up a peut-être un peu changé parce que les gens ont déménagé dans d’autres villes, mais j’attribue cette longévité à l’amitié et au fait de jouer pour le plaisir sans essayer d’en faire une carrière.

As-tu des projets musicaux ou artistiques, en vue ?
Oui, je vais te parler un peu de ce projet avec HifiKlub, parce que tu as mentionné le film d’Alain… A la fin de la tournée, Fatso Jetson et Gary de Yawning Man, moi, mon fil Dino et Tony le batteur de Fatso Jetson on part tous à Nice, sur la côté française, et on va enregistrer des impros pendant 5 jours. Ça va être très intéressant car il va y avoir 2 groupes, imagine qu’on est dans le studio, là il y aura un groupe, et là un autre. Des micros partout et c’est parti ! Un, deux, trois, on y va ! Et tout le monde se met à jouer. Peut-être bien que sera le bordel complet, ou peut-être bien que ce sera incroyable. Aucune idée ! Le concept de l’enregistrement vient d’Hornet Coleman, le jazzman d’Avant-Garde, qui était connu dans les années 60. L’idée est d’avoir 2 quartets qui s’affrontent un peu comme dans une battle, mais en jouant, évidemment. Ces mecs là ont beaucoup d’expérience dans l’improvisation. Nous aussi un peu, mais pas autant qu’eux. C’est un tout nouveau projet qui sera enregistré et filmé.
Ensuite, à la fin de la tournée, on va enregistrer un nouvel album au Rancho de La Luna, à Joshua Tree, et je suis impatient de pouvoir retrouver des special guests sur ce disque, ainsi que d’écrire avec mes amis du désert ; mon pote Chang Willer par exemple.
Sinon j’écris de plus en plus avec mon fils, donc il va y avoir pas mal de truc qu’on a fait ensemble sur le disque, ça va être cool !

Sinon tu connaissais déjà un peu les Stoned Gatherings ? T’en penses quoi ? Je te demande ça parce que je prépare un reportage sur eux pour un autre webzine. J’aimerais avoir ton avis. Alors, ils sont un peu connus outre Atlantique ou pas du tout ?
Oui je connais ! Via Internet et Facebook, et surtout grâce aux concerts qu’ils organisent. C’est un incontournable pour n’importe qui suivant cette scène musicale. C’est aussi très ouvert au Hard Rock. Ils organisent des concerts vraiment supers, avec des mélanges sympas.


ENGLISH VERSION

Fatso Jetson and Yawning Man already did the Euro tour in 2013 : Legends of The Desert Volume I. How did going back come about ? Is there any changes in the line-up for this tour ?
Yes, there is some changes… Playing with my son, the bass in Fatso Jetson. Normallly it is my cousin who plays bass but he could’nt come in the trip because of his little baby. So the changes are in the line-up. It is like a small family with Yawning Man, and Gary will play with Fatso Jetson a little bit too. We all grew up together so it makes it very easy to come together because we are family.

How about making music in family ? How important it is to you ?
It is a very special thing. I play with my cousin for 30 years, and that is really cool. My son is 18 now. His first trip here was Fatso Jetson tour, he was 16. I started to play with him since he was 13. Music in our family. My daughter is a singer, my parents are opera singers, it is always around us.

You took part in many diferent and sucessfull projets, how did they enhanced you, or your career ?
Which projet is the most important to you ? Do you have some standout memories of recording for the Desert Sessions for example ?
Collaborating with Josh Homme on the Desert Sessions and also the Queens Of The Stone Age, and Kyuss as well have recorded some of our compositions, me and Gary’s from Yawning Man, those things, knowing those guys from they were very young, 14/13 years old, it just created opportunities. There are just influenced by us, they wanted to play with us, setting upon the punk rock shows in the desert and promoting the underground music scene there. When they succeed, they wanted to included us and asked us to be involved in, to participate in what we were doing. Wathever opening for them in their shows, or recording for them, or collaborating, or writing in the studio. By being persistent and patient about that kind of stuff all my life and have some opporutnities that came up.
Wright now, by those two documentary films on that music scene, one from a german film maker : Lo Sound Desert. It will be coming out this year. We just have made a scene previous back in Palm Desert studio about 2 weeks ago. It kind of tells the story of the punk scene from the early 80’s/70’s to Queens Of The Stone Age becoming a successful band. That shows the unique music scene there. Because of all these things was happenning, I was asked to also participate in some stuffs with the Foo Fighters, and just give my eye on what it was to make music in the desert, try create a music scene there, help create a music scene there too. It definitly helped me to grow as a musician and also as an artist playing music, but also making music culture happens there : promoting concerts or through art, films…

Throught art ?
Mostly underground artists, rock posters art, silkscreens, illustrations, Photography, that kind of stuffs. It is always related to music somehow.

Can you talk to me about your participation in Plans Make Gods Laugh, the drift about Alain Johannes ? How did it happened ? Why ?
The concept is to follow a band from France called the Hifiklub. They are going to record at the end of this tour with a couple of musician. They are renting a house in Hidden Valley, in Joshua Tree. It is in High Desert. We leave in the Low Desert, we are from the basement of the valley, the high valley is kind of a mountain in the Desert, it is very beautiful, a little bit cooler, that is where the beautiful Joshua Trees are, they are scynic… They rent a house there for a week and a half. They brought engineers from France, and they basically set up a studio in the rented home. Alain was there from Los Angeles, and lived in the house for a week. Every night they were improvising music, and the day they went out into the desert to film scenes and characters, and also Alain playing. It is more an art film. Imagery tells a story, maybe conceptually. I is not a movie about him, like a documentary, it is more like a conceptual piece. The visual and the music are beautiful. Régis (ndlr. Laugier) who was in the HifiKlub, he is the director and art scener, he is from the south of France, he had a performance scene in the movie with Alain, a music live. I was involved in for just participate in the recording.

It seems that the Desert / Stoner Rock is becoming more and more popular along the years. It’s a kind a music you almost created. What eye do you have on what it became ?
I have always been facinated by all the categorisations and termilogies to describe Rock music in general. It always been like that you know… Rockabilly, Acid Rock, Psychedelic, Blues Rock, Clasic Rock, Stoner Rock, Punk Rock, there is always a way to describe a certain thing. In that way I guess it is me always being independant of categorisation. Which is maybe me taking it too seriously. The thing is, being a journalist, you have to have a way to identify something people are related to. About Desert Rock, what that means to me, I ‘m not sure. There is not specific soound to my mind. Stoner Rock have came around to Kyuss. I thing about Black Sabbath… It’s all to me Rock’n’Roll. Punk Rock is Rock’n’Roll. Ska is Rock’n’Roll.
Queens Of The Stone Age are becoming so popular in the main stream. Younguer generation discovering bands like Kyuss, started bands influenced by that music. The first time I went to Europe, I was opening for Queens Of The Stone Age, in the 90’s… Well it is terms to describe Alternative Rock. And yeah, it is becoming more popular. The first time I played in Paris, there was like 65 persons in the club, and today there is like 200, so it is becoming more popular for us !
But Desert Rock is always heavy.

Fatso Jetson is about 20 years old, Yawning Man more, what do you credit the longevity of these groups to ?
We just play music because we enjoy it. We make records because we enjoy it. We just don’t have aspiration to make any career in music. We all have jobs. So we work and then we play music. But never make the music our job. Once you do that, there is the pressure.. I would love to make a living plan music. But the pressure to do that… A lot of guys are hiring a drummer, or hiring a bass player. For this tour, I get this guy, for this tour I get that guy. To me a band is like a gang. My band is like my friends and my family. I have been playing with the same guys for 30 years. The line-up may have changed because the people moved to different cities or whatever, but I attributate it to friendship and playing for the pleasure to play and not trying to make a career.

Any future projects planned?
Yes, I tell you a little bit about that project with HifiKlub, because you mentionned Alain’s movie… At the end of this tour, Fatso Jetson and Gary from Yawning Man, me, my son Dino, Tony the drummer from Fatso Jetson, we will all flight to Nice on the coast, and we are going to have 5 days of all improvised recording. This is very interesting because it is going to be two bands, imagine this is the studio room, there will be one band settled over there and one band settled over here. All microphones : here we go ! One, two, three, go ! And everyone starts to play. So could be shit, total fucking noise, or it could be amazing. I don’t know ! The concept of recording comes from Hornet Coleman, the Avant-Garde jazz musician who was more popular in the 60’s. The idea is to have of 2 quartets kind of batteling, but in a play, hopefully. Those guys are very experienced in improvising music. We do it too, but not at the level they do. That is a new projet that will be recorded and filmed.
At the end of this tour we will start recording a new record at Rancho de La Luna, in Joshua Tree and I am hoping to have very special guests performing that record and do some writing with my friends from the desert ; my friend Chang Willer for example.
I have been writing more and more with my son, so there will have a lot of this music on the new record, that will be cool !

Did you know the Stoned Gatherings ? I am doing a documentary about them for another webzine. I would like your opinion about what they doing. Are they famous from the other side of the Atlantic ?
Yes, through the Internet and the Facebook, and through the concerts they are promoting. For anybody who follows that music scene it is a way. It is also very open to hard rock music you know. They are promoting shows awsome, it is a cool mix.

MARIO-LALLI-ITW-5

2 réflexions sur “MARIO LALLI La légende du désert

  1. Pingback: MARIO LALLI La légende du désert (heavyreport.com) — Fatso Jetson

  2. Pingback: CONCOURS Yawning Man à Paris et Bordeaux !! | Heavy Report

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s