HORS SAISON En tête à tête avec Steve Moss de The Midnight Ghost Train

En dehors des feux de l’appareil promotionnel, Steve Moss se livre sans concession sur ces inspirations musicales : country, blues, rock et même chanson française ! De fil en aiguille il revient sur son dernier album Cold Was The Ground, sorti en février 2015 chez Napalm Records, et sur son processus d’écriture. Un album phare dans l’histoire du groupe qui accueille Mike Boyne à la basse. Récemment opéré de la main, Steve Moss travaille déjà à son retour sur scène et à la tournée qui attend The Midnight Ghost Train. Ils seront dès cet été en France pour le Motocultor. (PHOTO Fabian Belleville | INTERVIEW Floriane Fontaine)

Comment vous êtes-vous rencontrés ? Est-ce que vous êtes tous les trois ensemble depuis le début du groupe ?
Je connais le batteur, Brandon Burghart, depuis des années, il vit au Kansas. Le bassiste est nouveau, il est avec nous depuis deux ou trois ans. Il était fan du groupe, on s’est connus grâce au groupe justement. Lorsqu’on a eu besoin d’un nouveau bassiste, il a offert ses services. C’est le meilleur !

D’où vient ce nom The Midnight Ghost Train ?
Il est inspiré d’une vieille chanson de Hank Williams. C’est un vieux chanteur de country des années 20. Je suis un grand fan de Hank William… La plupart de tes lecteurs ne vont probablement pas savoir de qui je parle, mais c’est un héro pour moi.

Toi tu es de Topeka c’est bien ça ? Est-ce qu’il y a une scène rock là-bas ?
Oui c’est bien ça, je viens de Topeka et non, il n’y a pas de scène rock là-bas ! Il n’y a que des champs, c’est très petit.

Pour moi The Midnight Ghost Train est un mélange de blues et de rock-heavy. Est-ce que je me trompe ?
C’est profondément inspiré et basé sur le blues. On peut dire effectivement que c’est du blues joué rapidement, c’est heavy et hard, mais même ça finalement, ça vient aussi du blues. Donc oui tu as raison. Tu sais moi j’adore Muddy Waters, je le trouve énorme, vraiment génial ! J’aime aussi Skip James, Lightnin’ Hopkins… Et aussi BB King ! Qui est la raison pour laquelle je fais de la musique. La première fois que je l’ai vu sur scène j’étais petit, mais je me suis dit que c’était ça que je voulais faire. BB King c’est mon héro. J’ai été très affecté par sa mort (2015). C’est grâce à lui que je joue de la musique. C’est une de mes grandes inspirations.

Est-ce que les autres membres du groupe partagent cette passion pour le blues ?
Oui, pas autant que moi, mais ils adorent le blues aussi. Tu sais au final on n’est pas très heavy metal.

Revenons un peu à Cold Was The Ground
C’est notre dernier album en date qui est sorti en avril 2015. C’est certainement notre meilleur album. C’est le plus heavy, le plus rapide, c’est du pur rock’n’roll !

J’ai beaucoup aimé le titre Little Sparrow…
Ce titre est inspiré par Edith Piaf ! Son surnom en anglais c’est Little Sparrow, et dans la chanson, à un moment donné je chante “padam padam padam”. Il y a ça dans toutes ses chansons. C’est typiquement elle.

C’est marrant que tu dises ça, moi j’imaginais plutôt une référence au blues, tu parles comme dans la reprise de Leadbelly, Cotton Fields, sur l’album Buffalo. La façon dont tu racontes une histoire, dont tu parles…
Oui je vois, je me suis bien amusé à reprendre ce morceau mais c’est différent. Little Sparrow est né d’une improvisation en studio. Les paroles, la musique, tout est sorti de notre tête spontanément. On l’a enregistré directement à la première prise. J’étais en train de penser à Edith Piaf et donc j’ai imaginé des paroles en lien avec elle. Elle est, elle aussi, une de mes grandes sources d’inspiration, vocalement surtout. Elle avait une voix si particulière et différente, tout comme moi. Ma voix est vraiment singulière. La façon dont elle utilise sa voix, sa puissance, c’est une référence pour moi, une manière de trouver ma propre empreinte vocale, pas nécessairement une “voix” mais une “voie”.

Cette empreinte vocale précisément, rend les paroles d’autant plus poignantes, jusqu’à peut-être empiéter sur la musique ?
Les paroles sont en effet très importantes, mais on adore jouer aussi. Je dirais que je préfères la musique aux paroles mais bon ça reste deux choses vraiment différentes. D’abord j’écris les paroles. Elles sont improvisées. Puis je les chante différemment chaque soir sur la tournée jusqu’à ce que ça sonne.

Et pour composer tu t’y prends comment ? Des jams ?
Oui on compose beaucoup pendant les tournées, sur la route, on teste des trucs pendant les concerts aussi. Les paroles viennent par la suite si je trouve qu’elles collent bien à un morceau.

Qu’est ce que Cold Was The Ground a de plus que vos précédents albums ?
Le travail des morceaux est meilleur, on a soigné sa réalisation. Et puis bien sûr il y a notre nouveau bassiste, c’est le premier album qu’il enregistre avec nous. Il apporte beaucoup au groupe. Sans lui l’album aurait été bien différent.Il est une pièce mairesse de ce projet.

En tout cas l’album est plutôt bien reçu, notamment en live.
Oui on en est très content, on dirait que le public adore cet album. Nous on adore le jouer sur scène et le partager avec le pit, c’est très important de pouvoir transmettre une véritable émotion au public. On le fait pour ça, pour s’éclater.

Tu remarques des différences entre les publics américain et français ?
“Nous sommes le pays de la liberté et la patrie des braves” (Star-Spangled Banner, hymne Américain). Tout est très différent mais tu sais, sur scène on s’en fout d’où tu viens. Le guitariste parle tous les languages. On est simplement là sur scène à faire notre job et à donner du plaisir au public.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

English version

How did you guys met ? Were you the 3 all together in the band from the beginning ?
I know the drummer for years, he lives in Kansas. The bass player, he is new, he is for about two years with us. He was a fan of the band, and I got to know him through the band when we needed a new bass player, he offered his services. He is the best.

Where does the name The Midnight Ghost Train come from ?
I comes from an old song Hank Williams Song. He is an old country singer from the twenties. Part of it comes from one of his songs. I am a huge  Hank Williams fan so… A lot a your french readers won’t probably know who  Hank Williams is, but he is a big hero for me.

You come from Topeka, right ? Is there any rock scene in Topeka you could talk to me about ?
Yeah, Topeka, Kansas. There is not. It is all country fields, it is very small.

To me The Midnight Ghost Train is blues music mixed with some rock/metal stuffs. Am I wrong ?
It is hugely based on the Blues, yeah it is mainly Blues played very fast and very heavy and hard you know, but all is just coming from the Blues! You nailed it. I love Muddy Waters !! Big !! Huge !! And also Skip James, Lightnin’ Hopkins… And BB King is the reason why I play music. When I saw him live when I was young, I saw him on stage and I said this is what I want to do. BB King is hero to me. SO, yeah I was very sad whe nI saw he passed away. He is the reason why I am playing music. He is a big inspiration to me.

Are the others as much inspired by blues as you ?
Yeah, not as much as me but they like it very much so. You know none of us are very into heavy metal music !

Let’s talk a little bit about Cold Was The Ground.
Yeah it is our newest album that came out on April 2015, it is definitely our best album so far. It is the heaviest, the fastest, pure rock’n’roll!!

I really liked the song Little Sparrow…
It is based on Edith Piaf, yeah, for you french people ! Edith Piaf, her nickname was little sparrow, and in the song I say the words “padam padam padam”. That’s from whatever songs.

It is interesting indeed, I was thinking, about this song, to something more like Cotton Fields from Leadbelly, which is on the Buffalo album. You are nearly speaking. That way of telling something, is it borrowed from the blues music culture ?
Yeah, it is a lot of fun and it is different. Well, that song Little Sparrow was actually all improvised  in the studio. Lyrics, music, everything was all on the top of our heads. We did it in one take. I was thinking about Edith Piaf, so the lyrics have to do with Edith Piaf. She is the biggest inspiration for me, vocaly he think, because she has the very distinct and different voice and I have a very distinct voice. The way that she uses her voice, with power, is a huge inspiration to me. How to find your voice. Not necessarily the normal voice but to find your voice.

It is mainly Blues played very fast and very heavy and hard you know, but all is just coming from the Blues

This way to use voice makes the lyrics very much important, even more, maybe, than the music. How important are the lyrics to you ?
The lyrics are very important, but it is also very fun to play. I would say I like the music better than lyrics but everyone is different. I wrote the lyrics. They are all improvised. I just sing them differently every nights when we are on tour until something sticks. So I improvised the lyrics until I find something I like.

Are you processing the same to write the music ? By playing jams ?
Yeah, using our touring and stuff, touring on the road and crafting the songs through live shows . The lyrics are all on the top of my head until I figure it out it works

What does CWTG has that the other albums you have recorded so far don’t ?
The craftsmanship of the songs is a lot better, we took more care about crafting the songs. And also our new bass player, this is the first album he recorded with us. He made a huge difference in our band. Without him this album wouldn’t be what it is. So he is a big piece of this new album.

This album seems to be very well received on live.
Yeah, we are very happy, the public seems to love very much the new album. We love to perform, have a good performance and to give the crowd, it is very important to give true feeling to people. We do it for the fance.

Any differences between US/France stages/crowd ?
« We are the land of the freedom and the home of the brave” (Star-Spangled Banner, American Anthem) the way we do things are very different but you know when you are on stage it doesn’t matter where the hell are you from. The guitarist speaks every languages. We are just on stage to do our job and to perform to people.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s