DOMADORA The Violent Mystical Sukuma

a1677730489_10J’aime souvent renommé le groupe Domadora « The Domadora Experience », non pas à cause de la référence trop facile au maître Hendrix, mais bien pour l’effet que leur musique procure à mes sensibles oreilles.(TEXTE : Floriane Fontaine)

Écouter Domadora revient à vivre un intense voyage qui repousse les limites de la création sonore. A l’instar des Monomyth, pour ne citer qu’eux, Domadora plonge son auditeur dans les limbes du psychédélisme à la fois très réfléchi et complètement décomplexé. Aucune note n’est laissée au hasard et pourtant leurs morceaux respirent la liberté et l’inspiration. Avec The Violent Mystical Sukuma ils mettent en exergue la voix de William avec des passages vocaux plus nombreux et imposants.

Ce nouvel opus fait ressortir toute la lourdeur déjà présente dans les albums précédents, mais avec une conviction appuyée. La maturité ? C’est comme ça qu’on dit ? Domadora a su tirer parti de son expérience de ces dernières années, tant sur scène qu’en studio (rappelons qu’une partie de cet album a été enregistré sous la Pyramide du Louvre dans des conditions Dantesques). Cet album, rempli d’influences aussi diverses que variées, se nourrit d’un gros travail de recherche et de composition. Comment ne pas penser aux Blaak Heat à l’écoute de Rockin Crash Hero par exemple? The Violent Mystical Sukuma affirme la personnalité de Domadora, plus osée, plus insolente, plus rock. Exit les influences pertinentes mais parfois trop réductrices à Earthless ou Jimi Hendrix, Domadora s’ouvre vers la nouveautés et surtout vers un son résolument personnel.

On aime beaucoup les multiples références aux Beaux-Arts, non seulement à travers des artwork des albums mais ici plus particulièrement grâce au morceau Girl with a Pearl Earring qui semble renvoyer à la toile du Néerlandais Johannes Vermeer. Comment interpréter cette référence ? Là est bien tout l’intérêt de la chose ! Domadora sait créer le mystère, faire entrer son auditeur dans un monde mystique et légendaire. Tout est pareil, tout est différent. Domadora propose un chemin, à chacun de trouver le sien. Peut-être se croiseront-ils ?

DOMADORA – The Violent Mystical Sukuma – Rocking crash Prod (13.04.2016)

1. Hypnosis
2. Indian Depression
3. Rocking Crash Hero
4. Solarium
5. Girl with a Pearl Earring
6. Jack Tripping

Plus d’info

Artwork « Après Jacques Villon, Marcel Duchamp; Léger, Kupka et les autres » – Figure Solaire, série Les Grandes Têtes. Peinture de René Pradez (1933-2013) – Soutien gracieux.

FacebookTwitterBandcamp www.domadora.fr

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s