DOOMED GATHERINGS Doom on !

AmbianceLe week-end de la Pentecôte aura été très agité pour les Parisiens qui, non contents de la multitude de concerts qui s’offrent à eux, se sont une fois de plus rassemblés à Glazart pour « se doomer » les oreilles. Le verbe pronominal « se doomer » est emprunté à l’un de nos collègues du Nord que l’on salue et qui appréciera, je l’espère, la sémantique à sa juste valeur : emplir une partie de son anatomie de basse sombre et outrancière. Le fan club officiel du gras est donc bien déterminé a célébrer la venue du Saint-Heavy en ces annuelles Doomed Gatherings, avec les apôtres Ramesses, Crowbar, Trouble, Elder, Monolord, Toner Low, Mantar et bien d’autres encore… (PHOTOS : Patrick Baleydier & Valérie Girodon // TEXTE : Valérie Girodon & Floriane Fontaine)

Les grandes homélies ne nous intéressent pas ici. On aimerait vous expliquer de façon simple et franche pourquoi nous avons tous les trois passé un week-end digne d’un Desertfest en plein cœur de la capitale française, en famille, avec les Stoned Gatherings. Ah voilà la propagande Stoned Gatherings qui revient ! Oui elle est là et nous l’assumons, on sera fiers de dire à nos petits-enfants qu’on a connu ces soirées hautement rock’n’roll et que rien ne sera plus pareil après ça !

Les claques, découvertes et autres bûcheries

Le duo allemand Mantar sait déchaîner son public à grand renfort de riff accrocheurs et dansant. Guitare et batterie, toute deux situées de profil sur scène, ne laissent aucun répit à un pit partagé entre violence et joie. Il obtient la bûche d’or de ces trois jours. Suivi de très par Monolord et Elder qui décidément se bonifient avec le temps. Les chats du merch’ de Monolord ont beaucoup de succès, les parisiens sont visiblement ravis d’accueillir à nouveau les Suédois et ils le leur rendent bien.

Les mythiques Trouble engraissent à leur tour Glazart qui succombe sous la légende et le charisme. Leur venue est presque aussi exceptionnelle que celle de Electric Moon qui sert des jams psyché/krautrock comme personne. Cela en dépit d’une posture scénique complètement improbable, avec un guitariste de dos tout au long du set.

Hang The Bastard est une belle découverte qui décuple l’énergie en cette fin de semaine. Doom, Sludge, Hardcore ? Un peu des trois ? On est déçu d’apprendre que le groupe splitte à la fin de la tournée. Dans la série « je découvre et j’aime » Chaos E.T. Sexual (téléphone maison) met en scène deux grattes, des machines cheloues, des PC, mais pas de batterie ! On navigue dans le post rock  indus spatial et tribal. Tout ça en même temps. Une vraie sensation sonore !

Enfin, le trio  instrumental DDENT et son petit coté « poète maudit » laisse traîner sa sensibilité dans le Glazart suant, pour qui saura l’apprécier : entre ombre et froideur.

Les trucs qu’on ne voit qu’aux Doomed Gatherings

A la lecture de l’affiche, plusieurs anomalies se dégagent assez rapidement. D’abord NNRA c’est quoi ? Jamais entendu parler de ce truc moi ! Eh bien il s’agit d’un projet secret qui se révèle être un slide project de plusieurs groupes parisiens dont deux d’entre eux sont à l’affiche : DDENT et Chaos ET Sexual, accompagnés du bassiste de Red Sun Atacama. Trois guitares, quelques machines, une batterie qui n’intervient qu’en cours de set. Et BAM ! Grosse claque expérimentale Post Doom Intergalactique. A suivre donc.

Ensuite, on nous annonce que les britanniques de Altered Beast se reforment. Oui mais ils ont strictement aucune présence sur le net ! Louche… Ce groupe si mystérieux n’est autre que Conan !! Ô joie ! Ô surprise ! En plus ils invitent la bassiste de Samothrace sur scène. Là franchement on dit merci les Doomed Gatherings. Autre reformation de ce week-end d’exception : Ramesses. Le groupe assène une impressionnante puissance. Des oscillations de nuques fleurissent lentement et lourdement dans la salle.

Pour nous achever de bonheur, Toner Low est programmé tous les soirs, et chaque jours ils nous jouent un albums de leur collection. C’est fat, oppressant, vert, terriblement bon. Pas une représentation n’est à jeter. On note le sourire et la gentillesse des membres qui auraient été surpris à se dandiner sur Zouk Machine pendant l’after party…

La Kermesse

Les Doomed Gatherings ce n’est pas seulement une programmation, c’est aussi un événement convivial, que dis-je, familial ! Certains font des châteaux de sable Doom tandis que d’autres se prélassent sur des transats Ben & Jerry’s. Tout n’est que luxe, agitation et volupté. Même si l’on se plaint du manque de nourriture verte, on se régale des frites qui ont, elles aussi, été programmées chaque soir.

Un peu de bière, quelques copains et des enceintes qui donnent sur l’extérieur, comme ça on ne perd pas une miette du festival, et puis voilà. Les chats de Totem Cat gardent un œil bienveillant sur les affiches d’Arrache Toi un Oeil. On est bien.

Plus de jolies photos de Patrick Baleydier

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus de jolies photos de Valérie Girodon

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s