HELLFEST 2016 – Une tente nommée « Valley »

IMG_2012-2Le programme de ce deuxième jour n’est pas bien compliqué, il se résume en un mot : Valley. Avec Crobot, Mantar, Torche, Goatsnake, Hermano ou encore Fu Manchu, point de dilemme qui tienne. Cette deuxième journée est aussi marquée par une messe hommage à Lemmy dont l’effigie trône à l’entrée de la Warzone. Une cérémonie couronnée par un feu d’artifice monumental, que beaucoup de cheveux ont pu admirer, un cornet de glace à la main… (PHOTOS François Medaerts & Sandrine Correia // TEXTE Floriane Fontaine)

Rien de tel qu’un peu de Hard-Rock pour bien commencer une journée à l’ombre de la Valley ! Dans une veine Heavy-Psyché, les Américains de Crobot s’inscrivent dans la lignée des combos « à chanteur » comme Led Zeppelin a bien su lancer avec un Robert Plant tant comédien que musicien. Brandon Yeagley, le frontman, se présente telle une relique d’un autre temps, paré d’une veste rouge luisante et reflétant l’intérêt global de Crobot pour le vintage. Musicalement ça sonne comme Scorpion Child ou Death Alley : même énergie, mêmes mimiques sur scène, même plaisir à les entendre.

Dark Fortress c’est la belle pause du jour. Parce que oui, on sort de la Valley parfois… Donc Dark Fortress, comme son nom l’indique, ce n’est pas du Stoner. Ça joue vite, il y a plus de maquillage et c’est pas la même tente. Voilà pour les clichés. Nous on aime le côté militaire des Allemands, ils ont cette faculté à faire naître en nous une invincible envie de conquérir un pays voisin. Le côté symphonique rappelle un peu Dimmu Borgir et ce n’est pas pour déplaire. En quittant le concert, petit tour chez Cattle Decapitation qui donne dans le Death Grind et qui égaie un peu la queue pour les chiottes. Un beau et grand moment de recueillement.

Hellfest 2016 - Ambiance-41Ah notre duo préféré ! On commence a les avoir vu pas mal de fois ces deux là et c’est à chaque fois avec grand plaisir. De profil sur scène, guitare et batterie n’ont qu’un seul objectif : faire trembler la Valley ! Mantar c’est pour nous la révélation de l’année. Leur dernier album Ode To The Flame allie avec perfection et subtilité le Punk et le Black Metal. On aime la voix gutturale et révoltée de Hanno et la frappe ultra violente mais pas trop rapide de Erinc. La rythmique est extraordinaire, elle est tellement maîtrisée et travaillée qu’on ne peut s’empêcher d’esquisser quelques pas de danse entre deux décollements de cervicales. Leur show est un vrai défoulement, on y évacue toute anxiété, fatigue ou autre embarra quelconque pour retrouver forme et vitalité. Une cure de jouvence !

Après la douche Allemande de Mantar, la grosse claque à l’américaine avec Torche ! On note la qualité du son sous la Valley, dû en grande partie au remarquable travail des ingé sons des groupes comme des techniciens du Hellfest, sans qui les concerts ne seraient pas les mêmes. Torche fait un joli résumé de sa carrière en une petite quinzaine d’hymnes au Heavy Metal. On aime particulièrement les morceaux issus de l’excellent Restarter dont Annihilation Affair ou Undone. Joli chatouillement auditif.

On a rarement (jamais en vérité) commenté de façon dépréciative un show de Goatsnake. Il faut dire que les Américains ont tout pour eux. Bien que formés en 1996, ils ont sorti l’an dernier une pépite de Blues Doom, Black Age Blues, qui peut d’ors et déjà servir de référence pour la postérité. On regrette donc qu’ils n’aient pas joué plus de morceaux de cet album, mais on se réconforte sur de majestueux Flower Of Disease ou A Killing Blues.  La voix de Goatsnake, Pete Stahl, repousse sans cesse les limites des possibilités scéniques rien qu’avec son visage. Chaque mot vit sur la face de son interprète.  Les paumes se lèvent vers le ciel, les doigts se resserrent… Ce concert de Goatsnake est une communion spirituelle.

IMG_2535Nous y voilà, le tant attendu concert d’Hermano ! Faut dire qu’ils ne passent pas souvent dans le coin les bougres. Emmené par papa John Garcia au chant et avec notamment Dandy Brown de Orquesta Del Desierto à la basse, on a véritablement la sensation que le désert vient à nous. John Garcia nous précisait en 2014 ne plus vouloir remonter sur scène avec Hermano. Il a visiblement fait une entorse à ses résolutions et on ne va pas s’en plaindre. Bref, en grande forme et visiblement ému de retrouver Hermano, le vocaliste indique avec satisfaction à son public que le groupe a fait l’aller-retour de Californie rien que pour lui. On se sent privilégiés !! Cowboys Suck, 5 to 5, The Bottle, Our Desert Home, Kentucky, Senior Moreno’s Plan, voilà à quoi ressemble la setlist de ce soir. A noter le morceau My Boy qui met remarquablement en valeur les difficultés techniques du chant. Le public est transis de bonheur.
IMG_2606De mieux en mieux cette soirée ! Encore béas de la doublette Goatsnake/Hermano, ont bave littéralement devant les facéties de Scott Hill, Brad Davis, Bob Balch et Scott Reeder. Le rock californien ultra fuzzé présente un style, une époque. Il s’agit là d’un cours de Desert Rock mais pas pour les nuls ! Collés aux barrières on vit le mouvement de foule, les slams sur la tête, les sourires malgré les bleus et le plaisir partagé sur scène. On devrait les renommer « King Of The scene » tellement leur jeu dépasse les limites de la jouissance. On apprécie tout particulièrement Godzilla, cover de Blue Öyster Cult, Ojo Rojo, King Of The Road ou encore Saturn III qui clôt un show complètement incontrôlable. Cette soirée restera longtemps dans les mémoires des stonerhead, c’est moi qui vous le dit !

La journée se termine enfin par un hommage à Lemmy à la Warzone totalement engorgée. C’est donc depuis le site qu’on apprécie le spectacle dans les étoiles avant de s’asseoir devant Gutterdammerung, un film-concept musical avec Grace Jones, Iggy Pop, Henry Rollins, Eagles Of Death Metal’s Jesse Hughes, Motörhead’s Lemmy, Tom Araya, Mark Lanegan, Volbeat, Queens of the Stone Age’s Joshua Homme, Justice, Nina Hagen et Slash sur la scène de la Warzone. Ce samedi fut magique et il se termine sur une note nostalgique et bienveillante.
Rock’n’roll is here to stay !!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s