RED FANG Only Ghosts

onlyghosts_3000Quatre albums encensés par la critique et plébiscités par les fans, autant d’EPs et des tournées victorieuses, Red Fang se pose comme une légende. Que faire lorsqu’on est devenu des vétérans de la scène stoner ? La méthode Lemmy. Vous passez autant de temps en studio jusqu’à ce que vous soyez satisfait de votre production, et vous partez en tournée dans la foulée, dès que l’album est en bacs. Celle-ci ayant pris fin, répétez le processus. Cela ne fait jamais que 11 ans que ça dure. Pas de grands discours sur l’art, pas de poses de princesse dans les médias (si ce n’est pour faire les cons). Travail, point barre. (TEXTE Julien Girault)

Si jamais tout cela ne force pas l’admiration, la légèreté avec laquelle Red Fang accueille son succès unanime peut prêter à sourire, ne serait-ce que de complicité. En témoigne le sommet d’autodérision de leur clip promotionnel pour le morceau Shadows, où le groupe s’investit avec un humour contagieux dans une parodie de Predator, en se dépeignant avec un plaisir certain sous les traits d’une bande de rednecks accros à leurs bières, pourchassés par deux nerds rageurs. Attendions-nous ce nouvel album avec impatience après les sommets de Whales & Leeches ? Oui, et, pas d’inquiétude, aucun risque de voir la légende se ternir. En un mot, c’est excellent, voire même très improbable dans l’excellence.

Only ghosts ne reprend pas là où le précédent s’est arrêté. Il l’a déjà dépassé de plusieurs coudées, sans se donner la peine d’un regard nostalgique dans le rétroviseur. Toujours plus stoner, toujours plus heavy, le quatuor pose chaque chanson avec un sens du calibrage irréaliste tant il est parfait. Rien qui ne dure trop longtemps, rien qui ne dure pas suffisamment. Il y a une sauvagerie inhérente à Red Fang dont chaque album donne l’impression de réceptionner distraitement un boulet de démolition ; précisons, il y a une sauvagerie bidonnante, du fait de la certitude d’écouter une pièce maîtresse réalisée par un quatuor à qui nous ne remercierons jamais assez de ne pas se prendre au sérieux. Les doubles lectures, ça donne toujours plus de profondeur que la basse, la meilleure soit-elle.

RED FANG – Only Ghosts – Relapse Records (14.10.2016)

  1. Flies
  2. Cut it Short
  3. Flames
  4. No Air
  5. Shadows
  6. Not For You
  7. The Smell of the Sound
  8. The Deep
  9. I Am a Ghost
  10. Living in Lye

Plus d’info

Site officiel | Facebook | Deezer | Bandcamp

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s