Brant Bjork & Sean Wheeler + Black Rainbows le 08.11.2016 @ Divan Du Monde, Paris

_mg_7548Il y a des concerts qui en valent cent. C’est le cas de celui-ci. Par une froide et humide nuit parisienne, notre Brant Bjork adoré décide de s’aventurer dans d’étranges recoins musicaux. Étonnant ? Hum… Non. Surprenant ? Ah oui ! (PHOTO Patrick Baleydier / TEXTE Floriane Fontaine)

Le côté sombre de l’arc-en-ciel…

Resituons rapidement la venue de Black Rainbows ce soir. Outre un stand de merch à faire pâlir H&M en période de soldes, le trio italien se démarque par un son heavy-psyché bien trempé ainsi qu’une capacité sans nom à pondre un twist en plein show stoner. On se régale de leur patte vintage, de leurs passages doomeux, lents et embrumés, ou bien du sourire ineffaçable du frontman Gabriele Fiori. Mon âme de chroniqueuse ne peut s’empêcher et souligner le manque d’entrain en début de show, où tout un chacun prend tranquillement ses marques, peut-être un peu trop ? Black Rainbows semble avoir entendu mes pensées et Le Divan Du Monde se délecte soudain de l’énormissime reprise de You’re The One That Want de Grease, façon Olivia Newton-Jone sous acides : « I need you hou hooou » !!! Les hanches se délient et les nuques changent de tempo. Le bonheur sur scène est tellement immense qu’on ne sait plus bien s’il s’agit d’une jam, ou bien si les mecs nous font du free jazz ou de la pop seventies. Bref un joyeux bordel ! Et là, patatra. C’est c’est déjà fini. Le vrai argument négatif de ce show c’est sa taille (si j’ose dire). Beaucoup trop court. Rendez-nous Blacks Rainbows !!

Classe et style

Quelques dizaines de bises plus tard, le Low Desert Punk entre en scène. Monsieur Bjork, toujours très concentré, apparaît encore plus cool qu’à l’accoutumée. Oui c’est possible ! Une coolitude qui se traduit par une volonté acerbe de faire glisser ses doigts sur le manche à la manière de n’importe quel bluesman qui se respecte. La figure de proue du son du désert se la joue façon bayou et ce n’est pas pour nous déplaire ! Le muddy stoner qu’on découvre ce soir, intelligemment arrosé de heavy, est un régal. La setlist balaie les classiques qu’on connaît tous par cœur Lazy / Automatic Fantastic, Low Desert Punk etc, mais aussi beaucoup de titres issus de l’excellent dernier album Tao Of The Devil. Autant vous dire tout de suite que le Divan mouille sa culotte ! Brant Bjork balance de longues jams sur fond de basse assourdissante, tout en faisant remonter des petites lunettes sans plisser le nez. Trop fort le mec ! Oh et puis que dire de ces magnifiques pas de danse, parfaitement exécutés avec la grâce d’un petit rat de l’opéra ?

Mais cela ce n’est qu’une partie de l’extase du soir. Notre invité a plus d’un tour dans son sac… « I would like to introduce to you my favorite person in the world ». Ah oui quand même ? Mais c’est qui ce gars ? Avec un accueil comme ça il doit avoir la pression bien comme il faut le bonhomme ! C’est à ce moment-là qu’entre en scène Sean Wheeler. Comment expliquer sa présence, son charisme, son talent… Toujours en mode cactus-boogie, l’orchestre accompagne un crooner en costume, la larme ancrée sur la joue, le regard dans les notes. Une interprétation sans faille d’un répertoire à la frontière de deux mondes. Sean Wheeler est infatigable. Il use de tous les stratagèmes du spectacle pour combler un public aux abois. Lorsqu’il s’éclipse pour laisser le premier rappel à Brant Bjork, un « DAVID BOWIE !! » retenti. Et quand il revient enfin pour une ultime apparition, c’est pour mieux parader sous son masque de carnaval, changeant de couvre-chef à qui mieux mieux.

Merci Brant Bjork pour cette soirée pleine de surprises ! Un concert du genre qui créé la surprise c’est quand même pas tous les jours ! On s’endormira le sourire béa.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s