CRYSTAL FAIRY Crystal Fairy

crystal-fairyQuoi de neuf dans la galaxie Ipecac ? Du bizarre, du burlesque et du brillant, comme toujours, puisque les 3 B ont toujours été les principales motions de la profession de foi de son fondateur, Monseigneur Mike Patton, qui a tout fait pour conserver son label en l’état de bestiaire pour artistes foutraques et bourrés de talent. Le groupe qui nous intéressera tantôt ressemble à s’y méprendre à un super groupe. C’est ce qui vient automatiquement à l’idée quand vous agrégez Buzz Osborne et Dale Grover (The Melvins), Omar Rodriguez (ATDI/Mars Volta/Antemasque, plus une foultitude de projets divers et variés) et Teri Bender Gender (l’inénarrable frontwoman de Le Butcherettes.) Super groupe, sérieusement ? Non, conclusion un peu hâtive, dès lors qu’on fait référence à Ipecac. Plutôt considérer la chose sous l’angle d’un multivers. Cela vous donnera la pleine mesure de la somme des possibles dont ces quatre-là sont capables. (TEXTE Julien Girault)

Crystal Fairy, en plus de tout le reste, représente 3 générations de musiciens dont le dénominateur commun est d’être furieusement indé. Point de concordance ? En fait, non. La benjamine du groupe, Teri Gender Bender est peut être la plus fédératrice du lot, après avoir fait les premières parties de At The Drive In / Antemasque et The Melvins, et va donner le ton. Objections ? Personne n’ayant la prétention ou l’envie de prendre la tête des charts, nous pouvons tirer la rideau. Soyez prévenus, n’attendez rien qui ne pas soit pas très iconoclaste. Une évidence, Teri Gender Bender a tout de l’héroïne brechtienne. Tout en assurant le spectacle, elle est là pour vous rappeler que tout ceci n’est que spectacle. Déjà impossible à contenir sur scène, elle s’empare de l’album avec la maestria grandiloquente que nous lui connaissons depuis 3 albums et 2 EP avec sa créature Le Butcherettes. Bien servie musicalement par ses aînés, la charge n’en est que plus complète. C’est punk, métal, frénétique en diable, psyché, voire franchement psycho, c’est parfaitement inclassable.

Omar Rodriguez assure que « la majorité des titres ont été écrites en mangeant du Pho et en regardant des films de cannibales… » Il y a pire genèse. Nous chercherions en vain une signification profonde au nom du groupe. Ces quatre-là étant des générateurs surréalistes sur pattes, nous pouvons nous dispenser de l’effort. Reste uniquement le plaisir entier d’avoir affaire à une réalisation hors-norme par des artistes pour qui l’idée d’une musique calibrée est un concept étranger.

CRYSTAL FAIRY – Crystal Fairy – Ipecac Recordings / Pias (24.02.17)

1. Chiseler
2. Drug On The Bus
3. Necklace Of Divorce
4. Moth Tongue
5. Crystal Fairy
6. Secret Agent Rat
7. Under Trouble
8. Bent Teeth
9. Possesió n
10. Sweet Self
11. Vampire X-Mas

Plus d’infos 

Facebook | Bandcamp | Deezer

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s