James Leg + Datcha Mandala + Pogo Car Crash Control le 25.01.2017 @ Petit Bain, Paris

En pleine vague de froid parisienne, se caler devant une scène est réconfortant. Se poster sur la Seine l’est encore plus ! L’adéquate salle flottante du Petit Bain accueille ce soir le Révérend James Leg, ainsi qu’une paire de groupes de bon goût pour un voyage aux confins du blues-rock. (PHOTO Yanick Burgund // TEXTE Floriane Fontaine)

Tête d’affiche et incontestable motivation de la soirée, James Leg fait son entrée sur scène accompagné de Mat Gaz, batteur émérite du trio heavy-psyché Mars Red Sky. La classe et l’élégance à leurs paroxysmes respectifs (on a tous remarqué  les paires de Santiags cirées comme des sous neufs), John Wesley Meyers s’installe derrière son orgue électrique, tandis que son coéquipier prend place juste en face, tous deux de profil. La scénographie est simple mais bien pensée, type cabaret, et une proximité s’instaure rapidement.

La vraie force de James Leg réside dans sa capacité à associer la musique traditionnelle blues, noire américaine, à la modernité et la révolte du rock. Il ne lui faudra que quelques tapes sur des claviers qui semblent avoir autant vécu que leur propriétaire,  pour créer une ambiance singulière, tant mystique que religieuse. A cet instant on imagine aisément le curé du village péter un câble entre deux sermons et jouer les notes du diables sur l’orgue de la commune. Un révérend pieux donc, mais clairement en quête d’exutoire… Lequel s’avère se nommer le « rock’n’roll » !

Avec une sensualité à toute épreuve, James Leg galvanise son auditoire de sa voix rauque, usée par l’alcool et la nicotine, qui n’est pas sans rappeler celle d’un autre Révérend défroqué, le Révérend Beat-Man ! Eh oui, The Monsters, Left Lane Cruiser (avec qui il a enregistré un split), Black Diamond Heavies (son groupe dont il interprétera quelques titres) ou encore Honkeyfinger, toutes ces figures du hillbilly ou du punk-shuffle viennent illustrer à merveille la fougue et la liberté prises par James Leg face à la rigidité du chant d’église.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Mélangeant sans complexe gospel, blues et punk rock, le duo rassemble plusieurs communautés, mais aussi plusieurs tranches d’ages, il n’y a qu’à se retourner vers la salle pour constater le bel éventail démographique. Ce « Mariage du Ciel et de l’Enfer » ravit le Petit Bain, complètement sous le charme, qui en profite pour scander des « we love you » à tue tête. Il faut voir les groupies sauter littéralement au coup des musiciens dès leur sortie de scène ! Il est évident que beaucoup fredonneront « Can’t stop thinking about it » jusque tard dans la nuit.

Intéressante découverte à suivre avec Pogo Car Crash Control, qui brille autant par sa jeunesse que par la violence de ses riffs. Le quatuor revisite le grunge à la sauce ultra vitaminée. Néanmoins original entre Datcha Mandala et James Leg… Enfin, il est toujours agréable de voir de si jeunes petits gars prouver qu’il y a une alternative, voire revanche, aux tops écoutes des français sur les sites de streaming. Merci pour ça !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pause fraîcheur et joli lancement de soirée, Dätcha Mandala ouvre sur un blues’n’roll vintage qui n’a rien à envier à ses nombreux concurrents. S’ils veulent tous donner dans le psyché à roulettes, et bien soit ! Dätcha Mandala aura toujours une longueur d’avance.Tenues de hippies, encens, objets sacrés (ou pas!) venant d’Asie probablement (ou de chez Pier Import), tapis majestueux et autres reliques d’un autre âge, le trio bordelais pose son décor.

Véritables bêtes de scène comme on n’en fait plus, Dätcha Mandala assène à la pelle des morceaux aussi hards que psychés, servis par l’étonnante capacité vocale de son chanteur-bassiste. Quelques reprises, notamment celle de Motörhead, achèvent de mettre le public du Petit Bain dans leur poche.

Leur énergie est incroyable, explosive. On apprécie tout particulièrement les salutations de fin, tel que le magnifique poirier d’aurevoir post concert. Bref, ces types là communiquent leur passion pour la musique comme on transpire un jour de canicule. Ce show est incontrôlable et beau !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

datcha_mandala_en_concert_au_petit_bain_le_mercredi_25_janvier_2017_paris-26

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s