THE GREAT OLD ONES EOD : A Tale Of Dark Legacy

tgoo-a-tale-of-dark-legacyAprès un détour inoubliable dans les déserts blancs de l’Antarctique (Tekeli li, 2014) qui nous aura amené à côtoyer Les Montagnes Hallucinées chéries de H.P. Lovecraft, le groupe bordelais The Great Old Ones convoque les cauchemars sous-marins du Cauchemar d’Innsmouth. (TEXTE Julien Girault)

Inutile de revenir sur les liens entre la musique et l’enfant terrible de Providence. 80 ans après sa mort, Lovecraft continue à susciter monstres et merveilles chez ses lecteurs. Les mythes de Cthulhu ? Une œuvre ouverte conçue pour devenir un univers étendu. Chaque artiste prolongeant les mythes devient en quelque sorte le légataire d’une parution posthume de Lovecraft. Benjamin Guerry, en lecteur assidu du maître, marche à ses côtés depuis la fondation de The Great Old Ones en 2009, récrivant inlassablement ses contes avec un brio que nous ne nous lassons pas d’admirer.

Le Black Metal est un ensemble de codes pour le groupe, un écrin magnifique dont l’imagerie et les thèmes ont été dépassés par le choix de se consacrer tout entier à l’écrivain mythique. On ne peut plus post-moderniste, intellectuellement parlant ; musicalement parlant, on ne peut plus brillant et séduisant (une bouffée d’air pour le Black Metal.)

A Tale of Dark Legacy est tout entier tourné sur l’Ordre Esotérique de Dagon, l’un des Grands Anciens. Tout est question d’héritage dans le court roman de Lovecraft, une génétique poisseuse qui plongera le narrateur du roman, R. Olmstead (le nom n’est jamais cité dans le récit et n’apparaît que dans une lettre de l’écrivain) dans une histoire de famille inhumaine. L’homme racontant son histoire dans les quelques brèves spoken words de l’album n’est pas Olmstead (bien évidemment impossible du fait du final du roman), mais un homme à sa recherche, involontairement parti pour perpétuer les rituels effroyables d’Innsmouth. Encore une fois, en dépit d’un roman archiconnu, nous ne pouvons être que frappés par l’extraordinaire densité tant narrative que musicale de l’album. Après Al Azif, après Tekeli li, A Tale of Dark Legacy fait le tour de force de nous offrir de nouveaux paysages mentaux. Innsmouth se prête à des passages presque contemplatifs (un véritable chez soi, et pour cause…) avant de se faire déborder par des accélérations brutales donnant à voir une légion de profonds aboyant et croassant. La batterie vient régler ou déchaîner le tumulte, comme si un orage venait engloutir cette ville côtière maudite. Ce n’est pas une visite à laquelle nous convie The Great Old Ones mais une noyade en eaux profondes. A ne manquer sous aucun prétexte.

THE GREAT OLD ONES EOD – A Tale Of Dark Legacy – Season of Mist (27.01.2017)

1.Searching for R. Olmstead (introduction)
2.The Shadow Over Innsmouth
3.When The Stars Align
4.The Ritual
5.Wanderings
6.In Screams and Flames
7.Mare Infinitum

Plus d’infos 

Facebook | Bandcamp | Deezer | Site Officiel

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s