NINE INCH NAILS Add Violence

Nous vous le disions en décembre dernier, il n’y a plus rien à attendre de NIN, si ce n’est découvrir avec candeur les dernières créations du maître. Not The Actual Events se posait en acte liminaire d’un tryptique dont il était bien difficile d’envisager le projet d’ensemble ; ne comptez pas sur le second volet, Add Violence, pour en préciser les termes. (TEXTE Julien Girault)

Une seule certitude analogique, Trent Reznor est dans les pas d’un des ses mentors, David Lynch, pour qui la pratique artistique est une chose totale, qu’il s’agisse de réalisation, d’arts plastiques ou de musique. Ce n’est pas pour rien que nous retrouvons l’entité NIN en guest dans la saison 3 de Twin Peaks, performant She’s Gone Away de Not The Actual Events. Inutile de cloisonner NIN, le projet musical, live ou studio, appartenant sans distinction à la nébuleuse créatrice de Reznor, à côté des BO de films ou de jeux vidéo, des caméos fulgurants d’une série à une autre et de toiles sonores propres aux documentaires qu’il supervise. D’ailleurs NIN est devenu bicéphale, avec l’indispensable Atticus Ross, alors que des années durant Reznor a singularisé NIN à sa seule influence.

Du grotesque au génial, il n’y a souvent qu’un pas qu’il serait malavisé de juger. Bizarre comme les écoutes se suivent sans se ressembler, et que tel morceau (The Lovers en particulier) peut sembler parfois inaudible ou prendre sens avec une logique absolue. Première évidence concernant cet album, Reznor lutte comme il peut pour désactiver la puce Atticus Ross qu’il s’est lui-même implanté dans le cerveau, sans que le véritable A. Ross y soit pour quelque chose. Les guitares s’avèrent plus incisives (Less Than, Not Anymore), la voix plus tranchante. Encore une fois, nous ne sommes pas sur Broken, Year Zero s’étant chargé de reconfigurer « la forme » NIN, toute idée de mur de guitare ayant été laissée de côté depuis bien des années. S’il n’ajoute pas de violence réelle à proprement parler, Reznor file sa métaphore de la première à la dernière plage. Seconde évidence, Reznor est reparti à la chasse à la baleine blanche, comprendre le monumental et indomptable The Fragile. Des morceaux tels que This Isn’t The Place ou The Background World en sont autant d’indices. Reste à attendre le troisième volet du tryptique pour savoir si Atticus Ross aura été le compagnon de chasse nécessaire ou le partenaire attendu pour en faire son deuil.

NINE INCH NAILS – Add Violence – The Null Corporation (21.07.2017)

1. Less Than
2. The Lovers
3. This Isn’t The Place
4. Not Anymore
5. The Background World

Plus d’infos :

Facebook | Twitter | Youtube | Site officiel

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s